Une brouette et quatre croisés "contre l'injustice" 

Poussant sa brouette, Jean-Louis Guimbordeau, qui fait la route en solitaire entre Bordeaux et Paris, était exceptionnellement escorté hier matin à Melle.


Un Parisien, un Nordiste, un Poitevin et un Parthenaisien. Le quatuor était réuni hier à Melle pour témoigner sur leurs combats personnels.


 Entre Bordeaux et Paris, la route des « victimes de dysfonctionnements judiciaires » passait hier par Melle, à l'heure du marché, avant celui de Niort demain. Curieux équipage, une brouette et quatre battants. L'engin est rempli de boulets de charbon « qui représentent des décisions de justice », explicite Jean-Louis Guimbordeau, ancien agent EDF à la retraite. Parti mi-janvier du Bordelais, le sexagénaire multirécidiviste répète pour la troisième fois – après deux grèves de la faim – son périple jusqu'à Paris à la force des mollets. Vainement, ce vendredi matin, il a tenté d'expliquer son combat à la permanence de Delphine Batho, absente. Celui qui vit aujourd'hui en région parisienne – son épouse possède un pied-à-terre dans le sud Deux-Sèvres – s'estime spolié de l'héritage paternel, un domaine viticole, désormais propriété de la fille de la dernière concubine de son père. Depuis huit ans, la justice a débouté Jean-Louis Guimbordeau de toutes ses demandes. Pour autant, ce dernier ne désarme pas, faisant de son combat personnel celui des enfants de parents divorcés : « J'ai besoin de continuer ce combat, psychologiquement », dit-il. Bien conscient qu'il s'« attaque à une montagne ».

Le député Jean Lassale

Dans son parcours solitaire, Jean-Louis Guimbordeau a reçu hier les soutiens d'autres justiciables qui s'estiment aussi « victimes des dysfonctionnements ». Comme Jean-Michel Andreau, ancien entrepreneur des travaux publics qui a raconté son histoire personnelle dans un livre (« Le Sabre et le Bâton »), venu de Béthune, dans le Nord. Accouru en voisin de la Vienne, Michel Plat, ancien maire de Fleuré, « aujourd'hui au RSA » qui, lui, a perdu une florissante affaire, une charcuterie et une ferme, « à la suite, explique-t-il, d'un contrôle fiscal infondé » ; en butte avec la justice consulaire, il réclame « la révision totale de tous les procès depuis 14 ans ». Enfin, le local de l'étape, Christophe Bellan, l'ancien gendarme de Parthenay et auteur du livre « Le paria, de la lumière à l'enfer » qui ne cesse de se battre pour faire reconnaître « sa vérité ». A Paris, Jean-Louis Guimbordeau rencontrera le député pyrénéen Jean Lassalle qui, lui aussi, avait fait une grève de la faim avant de se lancer dans une marche.

nr.niort@nrco.fr

en savoir plus

> Sur le périple de Jean-Louis Guimberteau : www.lodd.fr
> Jean-Michel Andreau est l'auteur de deux ouvrages : « Le sabre et le bâton, l'esclave du système judiciaire » et « Marquages illicites de procédures judiciaires ».
> Christophe Bellan possède également un site : www.christophe-bellan-livres.fr

Jean Rouziès