L'histoire vécue d'un gendarme tenace

Deux-Sèvres livres

L'histoire vécue d'un gendarme tenace

14/12/2012 05:38




Christophe Bellan, gendarme en retraite, assure la promotion de son livre qui explique pourquoi sa vie est devenue un enfer.


Christophe Bellan dédicacera son livre cet après-midi à l'Intermarché.

 

J'ai servi l'Etat avec ferveur, mais j'ai osé poser des questions, révélait Christophe Bellan mercredi après-midi, alors la hiérarchie m'a brisé dix ans de vie. Son histoire, l'ancien gendarme en a fait un livre. Intitulé « Le Paria », sous-titré « De la lumière à l'enfer ». Histoire vécue donc. Il raconte : « Je destinais ce livre à mes enfants qui m'ont vu passer de la lumière à l'enfer. Maintenant en retraite anticipée après 31 ans de carrière, je souhaite faire comprendre mes combatsà tous ». Et l'intérêt des lecteurs est semble-t-il au rendez-vous. « Le jour de la sortie du livre, lors d'une opération de dédicace à Parthenay, 250 se sont écoulés », annonce l'auteur qui dédicacera son ouvrage à Saint-Maixent l'Ecole ce vendredi après-midi.

Broyer l'humain

Lui, le gendarme de Ménigoute, de Thénezay, de Parthenay, son combat, ses déboires ne relèvent pas d'une épopée lointaine mais d'un fait divers tragique dans la Gâtine le 16 novembre 2002. Aurait-il dû intervenir ce jour-là ? « Mon livre de 300 pages relate grâce à la plume de Christian Proust, ex-directeur général adjoint du conseil général de Niort (NDLR : son biographe), l'enchaînement de la machine à broyer l'humain ». Sa ténacité, son refus du mutisme auquel il était astreint le conduiront à lutter contre cette énorme machine muette, mais implacable. « Placé en congé longue durée pour maladie, refus de pension, procès, tribunaux, je n'ai pas craqué, martèle l'ancien gendarme. On voulait me faire taire, eh bien j'ai deux projets de plainte, j'assigne l'Etat en justice d'une part et devant la Cour européenne des droits de l'Homme, ensuite ».
« Je n'ai rien contre la gendarmerie, cela pourrait arriver à quiconque dans n'importe quelle grande entreprise. Je dénonce l'injustice. Oui c'est ça, le pot de terre contre le pot de fer », conclut-il.

Dédicace ce vendredi 14 décembre à partir de 14 h à l'Intermarché de Saint-Maixent-l'Ecole.